Pinsot – La Ferrière du 17 au 20 juin

Pinsot dans le Haut-Bréda, un voyage dans le temps, hors du temps, par tous les temps.

La tournée « Grési dos d’ânes » a posé ses valises dans la vallée du Haut-Bréda. À Pinsot, pendant tout le week-end des 17, 18 et 19 juin, les habitants, le musée des Forges et Moulins et l’association Adabel ont fait chauffer les meules, les presses et la halle du village pour accueillir le spectacle « Le Rocket Tiger Circus ».

Pinsot, village de 200 habitants. Niché au confluent du Bréda et du Gleyzin, le village respire l’eau à tous les étages. Dans cette ambiance humide, la tournée « Grési dos d’ânes » a rencontré l’esprit du Haut-Bréda. Un chaud mélange de rire et de sérieux. Dès notre arrivée le vendredi soir, les habitants de Pinsot et des environs donnent le ton : le repas partagé réunit plus de soixante personnes. Les bises et les mains serrées s’enchaînent au rythme frénétique du torrent qui dévale la pente. Le contact est facile. Les blagues sortent aussi facilement que la pluie qui arrose les calèches.

Le samedi 18 juin, le village de Pinsot accueille un marché de producteurs. La halle du village se remplit de produits locaux appétissants. L’équipe de « Grési dos d’ânes » rencontre les fromagers, les apiculteurs, les transformateurs de viande et les confituriers. Tous ces acteurs qui animent la vallée et qui régalent les deux cent personnes venues de parfois très loin.

L’après-midi, les enfants prennent place dans les calèches. Les ânes ouvrent la voie pour une balade familiale en direction d’une petite chapelle et de la ferme d’Aldo Luci. Une petite fille apprécie les vicissitudes du mouvement. Elle nous dit « c’est génial, on est comme sur un bateau ». L’âne Ouest apprécie le compliment. Le capitaine du navire décide à cet instant de partir au trot. Pas de frayeur mais un petit moment de vigilance pour les âniers.

Le dimanche 19 juin, le musée des forges et moulins ouvre ses portes le matin pour une pressée d’huile de noix. Les enfants et les adultes sont mis à contribution pour pousser, retourner, chauffer, tirer tous les mécanismes. Les morceaux de bois de plus de 200 ans, les pièces de métal du 19ème siècle et les gestes d’époque produisent une huile de grande qualité. Un voyage dans le patrimoine des métiers d’antan.

L’après-midi, sous la halle Chardon est transformée en salle de spectacle. Une centaine de personnes se serre fort pour éviter les gouttes de pluie. La magie du « Rocket Tiger Circus » fait son effet. Un couple nous livre ses propos à la fin du spectacle « On est venu de Pontcharra. On ne voulait pas rater ce spectacle. En plus, c’est magnifique ici ! ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La Ferrière, une mine d’or à ciel ouvert.

 

Sur le chemin du fer, le village de La Ferrière avec son histoire liée à la mine a retrouvé des accents de l’ancien temps.

 

Pousser des calèches, un jeu d’enfants ? Pour les élèves de cycle 3 de l’école de La Ferrière, leur activité physique du 18 juin avait des allures de far west. Sur le chemin entre Pinsot et La Ferrière, ils ont accompagné de manière sportive et enjouée le convoi de « Grési dos d’ânes ». C’est à « l’Aubergerie » que Radio Fond de France a convié tous les habitants pour une diffusion le soir même des reportages de cette épopée. Retour sur une journée aux accents d’aventure ancienne.

Lundi matin, à la halle de Pinsot. Une belle lumière jaune et chaleureuse réveille les corps engourdis par de longs jours de pluie. Les élèves sont réunis autour de leur professeure des écoles, Anne, pour une journée anesque qu’ils ont préparée depuis de nombreux mois. Leur excitation se ressent dans les yeux. Ils retrouvent l’équipe de « Grési dos d’ânes » pour une présentation de la tournée et des consignes de sécurité. Le but du jeu ? Se rencontrer, partager un bon moment et soutenir les deux ânes, Michel et Ouest, dans les parties escarpées.

La troupe traverse le Bréda, torrent tumultueux en cette période de pluie fracassante. Le long de la route en épingle à cheveux (ou à poil d’âne), les couleurs estivales drapent les champs et les arbres de tendres apparats. Le soleil matinal se dépêche de nous prévenir que le thermomètre montera à chaque mètre de dénivelé gravi. Cette première partie est l’occasion de se découvrir, de prendre le temps, de discuter, de contempler les paysages, de s’apprivoiser entre humains. Tel élève possède des chevaux. Telle autre a des chèvres. Dans cette vallée alpine aux allures de bout du monde, dont le nom de Fond de France fait référence à la période où la Savoie était indépendante, nombreux sont celles et ceux qui connaissent le monde animal. Ils adoptent Michel et Ouest avec une grande facilité.

Arrivés dans la forêt, nous resserrons les rangs. L’asphalte de la route a laissé place à la terre, la chaleur du macadam à l’humidité de l’humus. Nous repartons tous conscients que nos muscles seront sollicités. Nous marchons sur les pas des mineurs qui reliaient La Ferrière à Allevard. Nous découvrons des restes de granges, de maisons et de murets qui délimitaient des champs. Avec la fin de l’activité minière et du pastoralisme la population de La Ferrière est passée de 1200 habitants en 1826 à 300 aujourd’hui et la forêt a gagné du terrain.

Au bout de quelques centaines de mètres, les roues des calèches patinent sur un mélange de pierres et de boue. Michel et Ouest apprécient les bras qui agrippent les prises métalliques des carrioles pour les hisser vers l’avant. Ce premier passage n’était qu’une mise en bouche. A une accalmie succèdent des raidillons qui n’ont de mignon que le nom. En un instant, la pente s’incline vertigineusement, le chemin se gorge de petits ruisseaux, la canopée se densifie. Comme un mouvement réflexe, les enfants se ruent vers les calèches et se mettent à les pousser avec entrain. Il y même trop de bras pour une action efficace. L’équipe de « Grési dos d’ânes » et l’équipe enseignante mettent en place une stratégie. Ouest et Michel retiennent leur équipement. Ils voient ce qui les attend. Sous la houlette des âniers, ils démarrent l’ascension. Par groupe de 6, les jeunes  pousseurs se succèdent toutes les 30 secondes tels des rugbymen. Aux cris de « allez », « encore » et « c’est bien », l’équipe soulève les calèches, atteint un replat et souffle de satisfaction. Ensemble, nous sommes définitivement plusieurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si l’âge de fer est révolu dans la vallée du Haut-Bréda, l’âge de faire est terriblement vivant. Faire équipe est inscrit dans les gènes des habitants de Pinsot-La Ferrière. Faire équipe pour pousser des calèches mais également pour créer une radio. Des reporters de Radio Fond de France arrivent à la rencontre de « Grési dos d’ânes » et des élèves. Ils recueillent les impressions des enfants et leur posent des questions comme pour mieux prendre du recul sur ce qu’ils vivent.

Le soleil, au zénith, chauffe sur chaque tête. Le pique-nique s’improvise rapidement autour d’une maison libre. Après les traditionnelles chips, petite surprise : les parents ont préparé des desserts pour célébrer cette belle journée. L’après-midi s’organise autour de deux pôles. Un groupe part en visite approfondie des calèches et des ânes. L’autre groupe part en voyage autour du monde, ou plutôt à la découverte des différentes manières de se saluer sur terre. Entre le voyage animal et temporel d’un côté, et le voyage imaginaire et culturel de l’autre côté, les élèves de l’école auront eu une journée hors du temps, bien ancré sur terre.

C’est à « L’Aubergerie » que la journée se termine par une retransmission des reportages de Radio Fond de France. L’équipe de « Grési dos d’ânes » anime un apéro bouillonnant avec le jeu des bonjours au cours duquel les enfants – bien préparés par le voyage de l’après-midi – invitent les adultes à se saluer tels un eskimos, un masaï ou un tibétain.

Avec « Grési dos d’ânes », Radio Fond de France et l’école du village, l’appel du 18 juin à La Ferrière, fut celui d’un rappel à la nature, d’une invitation à découvrir son environnement proche, d’une joie à partager des moments simples qui valent de l’or.

Photos du lundi 20 juin à La Ferrière :

https://goo.gl/photos/CAKfA2gZESk2srSMA

IMG_20160620_110957

 

IMG_20160620_111037

Le programme :

vendredi 17 juin

19h00: « Apéro dînatoire »

Pot offert par la mairie.

Amenez quelque chose à grignoter.

Devant la mairie.

 

samedi 18 juin

9h00/13h00: marché de producteur fermiers « Adabel »

Devant le musée des forges et moulins.

http://www.adabel.fr/

 

 

 

12h-14h: Banquet champêtre :

panier de legumes copie

  • produits des ferme
  • assiettes entre 5€ et 10€.
  • Réservations conseillées au 06.61.02.62.97

14h : café

15h00 : balade familiale accompagnée des ânes sur un circuit découverte des fermes de Belledonne départ du musée (2h00 de rando facile) jusqu’à la ferme d’Aldo Leuci (poulets Bio).

« Goûter bouillonnant » en chemin, amenez à grignoter!

 

dimanche 19 juinhttps://i1.wp.com/www.forgesmoulins.com/images/taillanderie.jpg

10h-12h : Pressée d’huile de noix avec l’association du musée
ouvert au public
moulin copie
15h et 17h : Visites du musée (payantes)

http://www.forgesmoulins.com/

saut316h : Spectacle « le Rocket Tiger Spectacle »

(Participation libre au chapeau)
18h : Apéro dînatoire partagé
amenez à boire et à grignoter.
Musée des forges et moulins

lundi 20 juin

Temps de rencontre avec l’école de la Ferrière
17h 30: « Apéro bouillonnant » épicerie La Ferrière. http://www.epicerie-ferriere.com/
Offert par la mairie.
antenne copie
18h: retransmission public des enregistrements radios avec Radio Fond de France et rencontre débat.
La Ferrière – épicerie

 

 

Publicités