Comédiens et animateurs de la tournée en parlent

p1090277Olaf Fabiani, comédien : “Pour moi, cette tournée Grési dos d’ânes était un moyen de se provoquer pour aller véritablement à la rencontre des gens. On parle souvent de “culture et lien social”. Mais qu’est ce que ça veut dire au fond ? Nous, ce que l’on sait faire ce sont des spectacles et c’est cela qui a été le prétexte et le support de cette tournée. On n’a pas créé le spectacle à partir des rencontres que l’on a faites, mais on peut dire que les rencontres que l’on a faites ont transformé notre manière de jouer le spectacle. Sur scène, on était chargés de tous les moments vécus avec les habitants pendant un ou deux jours avant. D’une certaine façon, on a envie de partager notre spectacle d’une manière encore plus intime à ces nouveaux amis que l’on vient de se faire.

En essayant d’analyser ce que l’on a cherché à faire, je dirais que l’on a tenté de créer des espaces de liberté collective et individuelle, que les gens pouvaient ensuite s’approprier. Nous avons la chance d’être libres, et pourtant, souvent nous nous sentons à l’étroit. Comment pouvons-nous contribuer à nous mettre en mouvement, soi même et les autres ? Afin d’être acteurs de nos libertés et de pouvoir donner le meilleur de nous même. Modestement, je pense que la tournée “Grési dos d’ânes” a participé à provoquer cela.

P1090313Mickael Bodergat, médiateur et animateur d’éducation populaire, membre de l’association “La Pagaille” : “La tournée « Grési dos d’ânes » s’apparente pour moi à un temps suspendu vivant. Une bulle d’eau oxygénée. J’ai vécu un mois de tournée avec les marcheurs et les ânes entouré d’une sensation de lévitation. J’ai apprécié les rencontres qui commençaient avec un à priori positif. La force des ânes était de notre côté. Dès le premier contact, nous étions accueillis comme des voyageurs et des colporteurs de bonne nouvelles.

Les bonnes nouvelles que j’ai vécu lors de cette tournée se comptent par milliers. Je retiens que les humains rencontrés nous ont ouvert plus que leur sourire et leur porte. Ils nous ont donné la relation fraternelle que deux êtres humains peuvent créer lors qu’ils sont en confiance. C’est ce que j’ai ressenti au fil des journées.

P1210790Gandalf Goudard, comédien : “La tournée “Grési dos d’ânes” a d’abord été pour moi l’occasion de rendre vivants et réels ces espaces qui relient un point à un autre. Ces distances trop vite parcourues qui nous font oublier qu’elles sont remplies d’une infinité de choses au moins aussi intéressantes que la destination elle même ; des odeurs, des sensations, des paysages, des villages, des villes et leurs interstices, des personnes…

Les ânes, Michel et Ouest, animent sans effort, avec leur attitude désinvolte, ces places de villages qui sont trop souvent devenus dénuées d’intérêt. Ils catalysent l’attention et deviennent un tremplin pour des rencontres accidentelles que nous avons essayé à chaque fois de prolonger en événement collectif. Le spectacle devient alors pour nous comme pour le public rencontré, un moment privilégié d’échange joyeux, désiré et non subi.

C’est une grande chance et un énorme bol d’air d’avoir pu participer à ce projet.